Qu'est ce que le cuir de liège ?

La matière :

Lorsque l'on évoque le liège, on pense souvent aux bouchons des bouteilles de vin ou autres alcools.

 

Or, le liège, constitué par la couche externe de l’écorce du chêne méditerranéen, permet de produire un tissu végétal d’une grande qualité, à la fois très résistant, imperméable et isolant thermique. Ce matériau s’avère être un excellent substitut à certains dérivés du pétrole ainsi qu’au cuir.

 

Cette matière étonnante, 100% naturelle, écologique et végan, a une structure cellulaire unique. Ceci lui confère des caractéristiques remarquables : Non allergisant, résistant à l’usure comme à l’eau et chimiquement inerte.

 

Elle est fabriquée à partir d’écorce de chêne liège, longuement séchée et transformée en très fines feuilles de quelques dixième de millimètre d’épaisseur. Triées, poncées et positionnées une à une à la main, les feuilles de liège sont traitées pour recevoir un savant mélange d’émollient naturel. L’ensemble sera ensuite chauffé à haute température pour lier les feuilles les unes aux autres grâce à la subérine contenu dans le liège, sans ajout chimique.

 

Le liège est valorisant tant par l’image visuelle perçue que le plaisir de vivre à son contact.

La récolte :

L’exploitation des chênes-lièges favorise le développement durable, puisque cette activité permet de préserver les forêts de l’ouest méditerranéen : elles abritent plus de 400 espèces animales et végétales, soit la plus grande biodiversité de tout  le bassin. La récolte du liège contribue à la préservation de l’habitat naturel d’espèces en voie de disparition sans parler des emplois  !

De plus, son exploitation est bénéfique pour l’environnement, autant pour la préservation de la biodiversité que pour l’absorption du CO2.

La récolte du liège est un processus complètement écologique : les chênes-lièges sont en effet soumis à un simple processus d’écorçage qui ne requiert pas d’élaguer, ni d’abîmer les arbres. La première récolte de l’écorce se produit dès que l’arbre atteint 25 ans et se répète ensuite tous les neuf ans. Ainsi aujourd’hui, on exploite toujours des arbres vieux de plus de 500 ans.

© 2019 MagiCork.